Projet de toiture à la une: A.B. Mons Borinage

Le Garage AUDI A.B. Mons Borinage à Frameries a décidé d’installer des panneaux photovoltaïques sur son toit en raison de sa consommation énergétique.

La toiture a été au préalable inspectée à la demande également d’Engie, responsable de l’installation photovoltaïque. MUTEC a constaté que la durée de vie de la toiture actuelle était trop limitée. « La durée de vie des panneaux photovoltaïques est en effet de 25 ans, la toiture actuelle ne pourrait jamais couvrir toute cette période. Par ailleurs, on a beaucoup marché sur le toit lors de l’installation des panneaux PV, ce qui n’a pas aidé à préserver le plus vieux revêtement », explique Tom Peters, délégué technico-commercial de MUTEC.

Avant de procéder à l’installation de panneaux photovoltaïques, il est toujours conseillé d’inspecter et d’évaluer l’état de la toiture. Il faut prendre en considération le fait que le rendement des panneaux solaires contribue au financement de la rénovation de la toiture.

Des chiffres démontrent que le rendement de panneaux photovoltaïques couvre à la fois l’installation de ces panneaux et la rénovation de la toiture. En principe, la rénovation du toit ne coûte donc rien !

C’est une autre histoire par contre si le maître d’ouvrage décide de placer les panneaux solaires sur une toiture qui devra être rénovée pendant la durée de vie des panneaux. L’expérience a montré que ce n’est pas sans risques, sans compter les frais supplémentaires engendrés. Les câbles et les connecteurs sont de toute façon remplacés. Et lors des manipulations des panneaux, des microfissures peuvent apparaître dans les tranches de silicium. Sans parler de la période de rénovation. L’idéal est de rénover la toiture pendant les mois d’été, donc précisément au moment où les panneaux solaires offrent le meilleur rendement. Bref, un gros poste déficitaire à tous les niveaux ! « En tant que maître d’œuvre de Firestone, MUTEC peut offrir une garantie de 20 ans sur les membranes TPO. Cette toiture blanche synthétique est dès lors la solution idéale pour installer des panneaux solaires, mais aussi en raison de la réflexion de la lumière du soleil, ce qui rend la surface de toit nettement moins chaude qu’avec des revêtements de toiture de couleur foncée », fait remarquer Tom Peters. « Compte tenu de la construction de la toiture existante, avec une isolation en laine de roche et une couche supérieure en bitume, MUTEC a proposé une combinaison d’ISOGARD – un panneau d’isolation PIR comprimé – et de TPO de 1,5 mm. Le panneau isogard permet une bonne praticabilité de la surface de toit, ce qui n’est pas évident avec des panneaux en laine de roche, qui est un matériau mou. Certainement lorsqu’il y a une circulation fréquente sur le toit lors de la rénovation et de l’installation de panneaux solaires. Le panneau de recouvrement isogard va protéger la toiture actuelle contre ces mouvements », ajoute encore Vincent De Meyer, gérant de MUTEC sprl.